Défi Spéléologique avec bivouac sous terre

Nous vous invitons à aimer notre Site internet en cliquant sur l'icône J'aime sous la vidéo d'actualité


Film Reportage de notre Défi Spéléo des 23 et 24 mai 2017

CHOISIR DE DEVENIR UN MALADE HEUREUX

Première personne handicapée au monde, atteinte de SEP, à avoir sauté en parachute-tandem, sous oxygène, à 10 000 mètres d'altitude au-dessus de l'Everest.

Pourquoi ce défi ?

De ce défi, est née une ambition : devenir un « ambassadeur de la SEP et du Handicap », pour diffuser un message d'espoir auprès du plus grand nombre, pour montrer que l'on peut « transformer le pire en meilleur » et comment l'on parvient à vivre le mieux possible avec sa maladie, malgré la progression du handicap ! 

La suite de l'Everest ? Comment tout cela est arrivé ? Sachez que pour moi le « Défi des Pôles » représentait tout d’abord la poursuite de l’aventure. Après le toit du Monde, j’allais tenter de sauter à la verticale du Pôle Sud  puis du Pôle Nord, l’avenir existait et il était plein de bonheur. Ces sauts répondaient à des objectifs scientifiques avec la mise en place d’une étude clinique et d’un protocole médical de recherche scientifique sur la Sclérose en plaques et ses limites de résistance aux grands froids et aux défis extrêmes. Cette étude était supervisée par le service de santé des armées.

Accéder à une « Force Agissante »

Avant tout, l’expérience de ma souffrance, liée à l’exploit au-dessus de l’Everest et aux préparations pour les sauts à la verticale des Pôles, a déclenché un processus qui m’a obligé à me retourner vers mes propres profondeurs. J’ai pu alors constater une différence entre l’homme bien-portant et cet homme malade, éveillé que j’étais devenu… J’ai alors compris que pour le bien-portant, une telle souffrance pouvait être source d’effroi, alors que, l’homme atteint vaincu en apparence mais éveillé, lui y trouvait la chance, le chemin même des sommets, et ne percevait  pas seulement dans la souffrance et la déchéance, un negativum, mais dans l’acceptation de ce qui paraissait inacceptable, il pouvait trouver la possibilité de parvenir à une réalité plus profonde.

Vu sous cet angle, la souffrance n’était pas seulement une situation poussant au désespoir, mais une possibilité d’accéder à une « Force Agissante », inhérente à notre seul esprit, et qui permettait non seulement de porter, mais encore de traverser et, de dépasser cette souffrance, mais aussi, à travers tout cela de s’ouvrir à une réalité qui débouchait sur ce constat : nous étions en mesure de « transformer le pire en meilleur. »

  

« ... Ainsi les détresses essentielles de la vie humaine pouvaient se transformer en chances fondamentales de connaître une nouvelle vie, de vivre le mieux possible avec notre maladie, de transformer notre présent pour conquérir ce qui par nature nous était interdit… nos épreuves alors devenaient un atout… »  Marc Kopp

 

« ... Le malade heureux que nous essayons d'être chaque jour, est aussi un « donneur d'espoir » pour les autres malades et leurs accompagnants. Tout nouveau défi sur soi est à prendre comme une victoire personnelle d'avoir créé son propre « lien de survie », le commencement pour soi d'une thérapie mentale, à partager et à prendre comme une première victoire sur la maladie. Un nouvel élan de vie… »  Patrick Schroeder

« ... La philosophie du malade heureux était née … Si je regarde tout ce qui été réalisé depuis mon envol au-dessus des cimes du plus haut sommet de la terre, ce « Saut de l’Espoir », jusqu’à mon passage dans l’émission de Michel Drucker « Vivement Dimanche » le 1er février 2015, je pourrais presque dire que je suis un homme comblé.

Le Défi des Pôles est devenu une philosophie de vie, une éthique, une façon de se dépasser devant les épreuves … que je souhaite partager avec le plus grand nombre… »  Marc Kopp

 

« ... Nous avons ce choix de « transformer le pire en meilleur », ... et donc de vivre la maladie autrement.

Ma rencontre avec Marc a porté en moi cette ambition de me sentir vivant et d’oser prétendre retrouver le bonheur. J’ai choisi d’être un malade heureux et de partager sa philosophie… »  Patrick Schroeder

ambassadeurs du handicap

« ... Le bonheur ne nous est pas donné ni le malheur imposé. Nous sommes à chaque instant à une croisée des chemins et il nous appartient de choisir la direction à prendre… »  Marc Kopp

« ... Nous pouvons faire le pari d'être les artisans de notre propre relève… »  Patrick Schroeder

Nous vous invitons à aimer notre Page Facebook en cliquant sur l'icône "J'aime" de la page.

Pour accéder directement à la Page Facebook cliquez sur l'image ci-dessous. Bonne visite !